Category Archives: projet

Gestion de population : les maquis

Nous travaillons sur un programme de gestion de population, nous avons utilisé le cas des makis en pensant à l’îlot M’Bouizi, mais ce programme peut être utilisé tel quel pour la gestion d’une autre espèce, comme par exemple les rascasses volantes, poisson-lion ou Scorpion, poisson-trompette, Acanthaster ou toute autre espèce de type invasive repérée dans le lagon…

Dans un premier temps le comptage par des plongeurs permet de repérer les individus de la zone, et les photos permettront de leur attribuer un âge.

On se laisse ensuite guider par le programme en répondant à ses questions :

  • Quelle est la durée de la simulation en années ?
  • Combien de femelles ayant entre 0 et 1 an y-a-t-il ?
  • Combien de mâles ayant entre 0 et 1 an y-a-t-il ?
  • ...etc...

 Ainsi de suite jusqu’à 20 ans d’âge. Cet âge maxi peut être modifié au besoin !

Le résultat est donné en indiquant le nombre d’individus de chaque tranche d’âge. Le comptage a été fait selon des paramètres (nombre de petits en un an, nombre de décès, etc…) modifiables dans le programme en fonction de l’espèce étudiée.

L’affichage est fastidieux à lire pour l’instant et nous cherchons à obtenir un résultat graphique.

Nous espérons pouvoir améliorer les études entreprises en poursuivant ce projet l’année prochaine, et en mettant en pratique la méthode à propos d’une espèce invasive définie selon les directives du Parc Naturel Marin de Mayotte.

Ce programme a été codé en java's Cool que vous installer sur votre machine à partir de ce lien.

Le code à coller dans la partie gauche de « algo de maths » de Javas’cool :

// fonction calculant la mortalité des jeunes de - 15ans (1 pour 10)

// cette fonction reçoit le nb de jeunes du même âge et renvoie /10

int mortalitejeune(int effectif){

int rep;

rep = effectif/10;

return rep;

}

// fonction calculant la mortalité des vieux (15 à 19 ans) (de 1 pour 5 à 100% afin de ne pas dépasser 20 ans)

// cette fonction reçoit le nb de vieux du même âge

int mortalitevieux(int effectif,int age){

int res =0;

res = 2*effectif*(age-14)/10; // 2*(age-14)/10 rend 1 pour 19 ans

return res;

}

// fonction calculant le nombre de naissance (entre 1 et 3)

// cette fonction reçoit le nombre de femelles d'une même tranche d'âge

int nais(int nbf){

int reponse = 0;

for(int i =0;i<nbf;i++){ // pour chaque femelle on prend au hasard 0, 1, 2 ou 3

reponse = reponse + random(0,4);

}

return reponse;

}

// fonction qui détermine le nombre de filles parmis les naissances (entre 0,4 et 0,6)

int naisf(int total){

int retourne = 0;

retourne = (total*(random(4,7))/10); // permet d'obtenir entre 0,4 et 0,6 fille pour 1 enfant

return retourne;

}

void main(){

int effmax; // nb max de makis

int j = 0; //permet boucle pour calculer mortalité

int mmorts =0; // résultat intermédiaire pour mortalité des mâles

int fmortes = 0; // id pour femelles

int k=0; // décompte les années

int fmin, fmax; // âges de fécondité

int m; //boucle initialisation de la population

int petits = 0; //résultat intermédiaire pour les naissances

effmax = 5000; // initialisations arbitraires

fmin = 5;

fmax = 15;

// définition durée d'étude et création tableaux naissances et décès et total

int duree; // durée de la simulation

duree = readInt("Quelle est la durée de simulation en années ?");

int[] naissances = new int[duree]; //tableaux permettant de stocker les résultats

int[]mortalite = new int[duree]; // l'indice correspond aux années

int[] total = new int[duree];

for (int i=0;i<duree;i++){ // mise à zéro des "archives"

naissances[i] = 0;

mortalite[i] = 0;

total[i] = 0;

}

reset(duree,effmax); // mise à zéro du graphe

// mise à jour espérance de vie

int espvie;

espvie = 20; // arbitraire

// création du tableau population (1 colonne par an et 2 lignes pour m et f

int[][] population = new int[espvie][2];

// initialisation du tableau population

for (int i=0;i<espvie;i++){

population[i][0] = readInt("Combien de femelles ayant entre "+i+" et "+(i+1)+" ans y a-t-il ?");

population[i][1] = readInt("Combien de mâles ayant entre "+i+" et "+(i+1)+" ans y a-t-il ?");

}

//

//c'est parti mon kiki

//

while (k<duree){

// population totale

for (int i=0; i<espvie;i++){

total[k] = total[k] + population[i][0] + population[i][1]; // décompte de la population au début de l'année

}

println("La population totale est de "+total[k]+" en début de la "+k+"ième année."); // pour vérifier...

// évolution de la population dans l'année : nombre de décès puis nombre de grossesses

// nb de décès

while (j<15) { // début boucle pour les moins de 15 ans

mmorts = mortalitejeune(population[j][1]); // appel de la fonction pour chaque sexe

fmortes = mortalitejeune(population[j][0]);

population[j][0] = population[j][0]-fmortes; // soustraction des morts

population[j][1] = population[j][1] - mmorts;

mortalite[k] = mortalite[k] + mmorts + fmortes; // comptage des morts (pour bilan)

j++; // tranche d'âge suivante

}

while (j<espvie) {

mmorts = mortalitevieux(population[j][1],j); // début boucle pour les plus de 15 ans

fmortes = mortalitevieux(population[j][0],j); // même cheminement que plus haut

population[j][0] = population[j][0]-fmortes;

population[j][1] = population[j][1]-mmorts;

mortalite[k] = mortalite[k] + mmorts + fmortes;

j++;

}

j=0; // remise à zéro du compteur pour l'année suivante

//nb de naissances

for (int i=fmin;i<fmax;i++){ // démarrage d'une boucle dans la tranche de fécondité

petits = nais(population[i][0]);

naissances[k] = naissances[k] + petits; // mise à jour naissances de l'année k

}

// initialisation de la population

m=espvie-1; // indice du tableau démarre à espvie - 1 car tableau de 0 à espvie -1

while (m>0){

population[m][0] = population[m-1][0]; // chaque population passe à l'année (colonne) suivante la dernière colonne est effacée mais ils sont tous morts...

population[m][1] = population[m-1][1];

m=m-1; // on passe à la colonne précédente

}

population[0][0] = naisf(naissances[k]); // les petits arrivent...

population[0][1] = naissances[k]-population[0][0];

// affichage du bilan annuel

println("Il y a eu cette année "+naissances[k]+" naissances et "+mortalite[k]+" décès.");

println("La population est désormais composée de :");

for (int i=0;i<espvie;i++){

println(population[i][0]+" femelles et "+population[i][1]+"mâles de "+i+" ans");

}

if (k>0) addLine(k-1,total[k-1],k,total[k],2);

// incrémentation d'un an

k++;

}

}

Exemple de résultat dans la partie droite de la proglet :

(Nous travaillons encore à l’obtention d’un résultat graphique plus visuel…Avec intervention, par exemple introduction de prédateur ou élimination d’individus par intervention humaine.)

Compilation réussie !

La population totale est de 29 en début de la 0ième année.

Il y a eu cette année 0 naissances et 0 décès.

La population est désormais composée de :

0 femelles et 0mâles de 0 ans

2 femelles et 5mâles de 1 ans

1 femelles et 1mâles de 2 ans

2 femelles et 2mâles de 3 ans

2 femelles et 2mâles de 4 ans

4 femelles et 4mâles de 5 ans

1 femelles et 1mâles de 6 ans

1 femelles et 1mâles de 7 ans

0 femelles et 0mâles de 8 ans

0 femelles et 0mâles de 9 ans

0 femelles et 0mâles de 10 ans

0 femelles et 0mâles de 11 ans

0 femelles et 0mâles de 12 ans

0 femelles et 0mâles de 13 ans

0 femelles et 0mâles de 14 ans

0 femelles et 0mâles de 15 ans

0 femelles et 0mâles de 16 ans

0 femelles et 0mâles de 17 ans

0 femelles et 0mâles de 18 ans

0 femelles et 0mâles de 19 ans

La population totale est de 29 en début de la 1ième année.

Il y a eu cette année 15 naissances et 0 décès.

La population est désormais composée de :

9 femelles et 6mâles de 0 ans

0 femelles et 0mâles de 1 ans

2 femelles et 5mâles de 2 ans

1 femelles et 1mâles de 3 ans

2 femelles et 2mâles de 4 ans

2 femelles et 2mâles de 5 ans

4 femelles et 4mâles de 6 ans

1 femelles et 1mâles de 7 ans

1 femelles et 1mâles de 8 ans

0 femelles et 0mâles de 9 ans

0 femelles et 0mâles de 10 ans

0 femelles et 0mâles de 11 ans

0 femelles et 0mâles de 12 ans

0 femelles et 0mâles de 13 ans

0 femelles et 0mâles de 14 ans

0 femelles et 0mâles de 15 ans

0 femelles et 0mâles de 16 ans

0 femelles et 0mâles de 17 ans

0 femelles et 0mâles de 18 ans

0 femelles et 0mâles de 19 ans

La population totale est de 44 en début de la 2ième année.

Il y a eu cette année 11 naissances et 0 décès.

La population est désormais composée de :

4 femelles et 7mâles de 0 ans

9 femelles et 6mâles de 1 ans

0 femelles et 0mâles de 2 ans

2 femelles et 5mâles de 3 ans

1 femelles et 1mâles de 4 ans

2 femelles et 2mâles de 5 ans

2 femelles et 2mâles de 6 ans

4 femelles et 4mâles de 7 ans

1 femelles et 1mâles de 8 ans

1 femelles et 1mâles de 9 ans

0 femelles et 0mâles de 10 ans

0 femelles et 0mâles de 11 ans

0 femelles et 0mâles de 12 ans

0 femelles et 0mâles de 13 ans

0 femelles et 0mâles de 14 ans

0 femelles et 0mâles de 15 ans

0 femelles et 0mâles de 16 ans

0 femelles et 0mâles de 17 ans

0 femelles et 0mâles de 18 ans

0 femelles et 0mâles de 19 ans

La population totale est de 55 en début de la 3ième année.

Il y a eu cette année 12 naissances et 0 décès.

La population est désormais composée de :

4 femelles et 8mâles de 0 ans

4 femelles et 7mâles de 1 ans

9 femelles et 6mâles de 2 ans

0 femelles et 0mâles de 3 ans

2 femelles et 5mâles de 4 ans

1 femelles et 1mâles de 5 ans

2 femelles et 2mâles de 6 ans

2 femelles et 2mâles de 7 ans

4 femelles et 4mâles de 8 ans

1 femelles et 1mâles de 9 ans

1 femelles et 1mâles de 10 ans

0 femelles et 0mâles de 11 ans

0 femelles et 0mâles de 12 ans

0 femelles et 0mâles de 13 ans

0 femelles et 0mâles de 14 ans

0 femelles et 0mâles de 15 ans

0 femelles et 0mâles de 16 ans

0 femelles et 0mâles de 17 ans

0 femelles et 0mâles de 18 ans

0 femelles et 0mâles de 19 ans

La population totale est de 67 en début de la 4ième année.

Il y a eu cette année 15 naissances et 0 décès.

La population est désormais composée de :

9 femelles et 6mâles de 0 ans

4 femelles et 8mâles de 1 ans

4 femelles et 7mâles de 2 ans

9 femelles et 6mâles de 3 ans

0 femelles et 0mâles de 4 ans

2 femelles et 5mâles de 5 ans

1 femelles et 1mâles de 6 ans

2 femelles et 2mâles de 7 ans

2 femelles et 2mâles de 8 ans

4 femelles et 4mâles de 9 ans

1 femelles et 1mâles de 10 ans

1 femelles et 1mâles de 11 ans

0 femelles et 0mâles de 12 ans

0 femelles et 0mâles de 13 ans

0 femelles et 0mâles de 14 ans

0 femelles et 0mâles de 15 ans

0 femelles et 0mâles de 16 ans

0 femelles et 0mâles de 17 ans

0 femelles et 0mâles de 18 ans

0 femelles et 0mâles de 19 ans

Ecran d’éxécution

Ecran d’éxécution

Le projet “Tournés vers le lagon” est terminé…

Durant cette année scolaire nous avons pu mener grâce au  soutien constant du Parc Marin un projet de sensibilisation des  élèves de terminale scientifique à l'environnement marin et tout particulièrement à celui du lagon. Ce partenariat a été très positif pour les élèves en leur permettant de s'ouvrir à un environnement qu'il connaissaient mal mais qui pourtant leur est quotidien.

Bien que probablement trop court pour exploiter toutes les opportunités pédagogiques qu'un tel projet sous-tend, « Tournés vers le Lagon » a atteint un objectif d'ores et déjà tangible sous la forme de nombreuses pages web qui regroupent l'ensemble des travaux  produits dans le cadre du projet :vous pouvez les consulter ici

Nous espérons tous que ce projet donnera envie à tous de développer des projets et activités similaires l'année prochaine.

T_ZMS_4

Le projet ‘Tournés vers le lagon’ à la radio

Représentant tous leurs camarades, Zaliha, Soyarta, Farsen et Amir ont participé durant presque une heure à une émission en direct consacrée au projet 'Tournés vers le lagon'. Cela a été pour eux l'occasion de mettre en valeur les activités menées durant les derniers mois et de porter un message visant à sensibiliser les jeunes et les moins jeunes à la fragilité du lagon qu'ils ont découvert cette année.

Pèche (tourisme)

Extrait publication Parc Marin : des Hommes et l’Océan

L’impact de la pêche récréative sur la ressource halieutique est aujourd’hui méconnu.
Des pêcheurs au gros viennent spécialement à Mayotte pour capturer de belles prises.
Les espèces capturées se divisent en deux familles :

• les pélagiques (pêchés à la traîne) : le wahoo, le barracuda, le thazard, le thon banane, le listao, la carangue, la dorade coryphène, le comère saumon ou galatée, le marlin, l’espadon voilier et le requin ;

• les poissons de fond (pêchés à la palangrotte) : le capitaine ou empereur, la daurade gueule pavée, le vivaneau, le mérou et autres vieilles.

À Mayotte, deux entreprises offrent ce type de prestation. À elles deux, elles ont effectué 160 sorties en 2008 pour un total de 480 personnes (soit en moyenne trois personnes par sortie).À raison de trente kilos de poissons capturés par sortie, le total global de leurs prises s’élèverait donc à environ 4 800 kg par an. À ce chiffre, il faut ajouter les prises des particuliers pratiquant la pêche au gros avec leurs propres embarcations.

 

Parc_Marin_Mayotte_Usages

Surfréquentation

La surfréquentation touristique (piétinement herbiers,casse du corail, perturbation des animaux, ...) est un danger pour le lagon. Cette inquiétude peut d'ailleurs être étendue à une problématique "terrestre" tant il est vrai que plusieurs espèces endémiques végétales de l'île sont aussi en danger (voir ici). Même le mont Choungui n'est pas à l'abri puisque le piétinement et la mise à nu des sols du menace  la survie de plusieurs espèces.
 
Les herbiers sont par exemple  menacés par les activités nautiques si elles ne sont pas régulées puisqu’ils poussent dans des zones abritées et peu profondes. Les ancres des bateaux et le piétinement les abîment.
 
La pêche à pied, à marée basse, sur les récifs coralliens est aussi une cause importante de dégradation
 

Surpêche

La surpêche est la pêche excessive (légale ou illégale) pratiquée par l'homme. C'est une tendance observée dans presque toutes les mers du monde. Les Nations Unies et leurs différentes organisation  et aussi les ONG alertent les gouvernements et les opinions publiques sur les risques que cette pratique fait peser sur la sécurité alimentaire et les  équilibres écologiques marins.

Dans l'Océan Indien, comme partout ailleurs, la surpêche du thon rend la survie des espèces concernés remise en cause. La limitation de la surcapacité de pêche devient urgente (voir).

Les thonidés ne sont pas les seules espèces victimes de la surpêche: de nombreuses espèces sont concernées. Tant sur le plan économique qu'écologique e développement d'une pêche durable devient donc indispensable.

 A notre niveau de simple consommateur, nous pouvons déjà consommer le poisson en fonction de  la saison de reproduction de l’espèce concernée. La surpêche est une réalité et la consommation de poisson, comme celle de la viande, ne cesse d’augmenter dans le monde.

 

 

 

SOYONS VIGILANTS!

SOYONS VIGILANTS!

Pollution

La pollution à Mayotte par Zaliha Laou Madi et Saïd Ousseni Soinanti

La majorité de la population ne fait pas l’effort de jeter ses déchets dans une poubelle ce qui entraîne la pollution. Malgré les journées nettoyage organisées par les mairies ou les associations, il y a toujours autant de déchets sur les routes, les caniveaux, les rivières et le lagon.

Les causes :

  • Les produits non dégradables
  • Les saletés dans la mer
  • Les voitures
  • Les nuages et fumée toxiques
  • Le comportement des gens
  • Les femmes qui lavent leurs linges à la rivière (javel, Omo,…)

Les conséquences :

  • Les déchets sur les routes sont transportés par la pluie dans le lagon.
  • L’air que nous respirons est pollué
  • La dioxine=> substance toxique (champignon, bactéries…) dégagé par la décharge
  • Les plantations alimentaires qui sont au bord des routes pollués à cause des voitures.
  • Les tortues qui tombent malade à cause des plastiques qui se trouvent dans le lagon

 

La lutte contre la pollution...quelques solutions

  • Le tri sélectif qui permet de vraiment détruire tout ce qui est destructible et de réutiliser tous ce qui est réutilisable.
  • Il permet  d'« écarter » les dangers liés aux déchets, car beaucoup d'entre eux sont très dangereux pour la vie et  l’air que nous respirons
  • Tous les mois les villages organisent des nettoyages pour pousser les habitants à jeter leurs déchets DANS LES POUBELLES
  • Plus de transport en commun = moins de voitures sur les routes = moins d’embouteillages et donc  moins de fumée toxique
  • Favoriser la marche à pied et le vélo
  • Mieux gérer le fonctionnement et l'emplacement des décharges pour éviter de respirer la fumée dégagée par les déchets brûlés
  • Plus de poubelles sur les routes, les plages => ça réduit les saletés qu’on trouve sur la route...si les poubelles sont ramassées
  • Utiliser des énergies renouvelables  (solaire, ...) pour réduire la combustion en masse dans les usines
  • Des usines de recyclages=> broyer les déchets pour fabriquer une autre matière réutilisable.
  • Mettre en œuvre des solutions pour les gros déchets (réfrigérateur, machine à laver, carcasse de voiture…) comme par exemple écraser les carcasses de voitures et les envoyer vers des pays industriels pour qu’elles soient recyclées.
  • Les déchets qui mettent plus de temps à se dégrader doivent être les premiers à être recyclés et traités

 

NOTRE BEAU LAGON !!! PRESERVONS-LE !!

 

Zaliha Laou Madi

Saïd Ousseni Soinanti

 

 

 

Matière en suspension

Dosage des matières en suspension

Méthode simple par filtration

Avec le matériel utilisé par le Parc Marin et prêté par Eric BRENNER

Source du TP

Objectif:

  • Évaluer la capacité à contenir des substances insolubles (on ne peut pas distinguer facilement les matières minérales et les matières organiques) par les eaux du site N’GOUJA en différents endroits (sous le pont de lianes, près du bord de plage, et au niveau du tombant).
  • Essayer de faire le lien entre les matières en suspension et la présence ou non de certains êtres vivants, comme les coraux par exemple. Réfléchir sur la provenance des MES et les conséquences éventuelles.

 

 Nature des éléments mesurés.

 - Matières minérales : argiles, limons,...
- Matières organiques issues de la décomposition de matières animales et végétales,
- Les micro-organismes.

Pour connaître la part des matières organiques, les laboratoires portent les matières en suspension à 500°C pendant 2 heures : ce sont les matières volatiles en suspension.

 

 

Eric_BrennerEric Brenner

Chargé de mission Qualité de l’eau au Parc Naturel Marin de Mayotte, il a en charge d’organiser et d’évaluer les différentes opérations de suivi de la qualité des eaux du lagon. Dans ce cadre des missions de suivi sont annuellement organisées : prélèvement d’eau ou de phytoplancton, analyse des paramètres physico chimiques (T°C, salinité, Oxygène dissous, pH, Turbidité, nutriments), analyse chimiques (polluants, contaminants). Ces données permettent de suivre précisément la qualité des eaux et d’orienter les actions pour limiter voir faire disparaître les pollutions mises en avant…

Principe de la mesure:

L'échantillon prélevé est filtré à l'aide d'un dispositif à filtration ordinaire ; le filtre est ensuite séché en étuve, et la masse du résidu retenu par le filtre est mesurée avec une balance de précision (au millième de gramme).

Liste du matériel nécessaire:

  • Bouteille pour prélèvement.
  • Matériel simple de filtration (filtre en cellulose)
  • Balance électronique à 10-3 g
  • Étuve pour dessiccation
  • Petit bateau pour aller au tombant
  • Du courage pour mettre les pieds dans l’eau qui stagne sous le pont…

Protocole:

 Travail préparatoire:

Sécher les filtres à l'étuve sèche à température modérée juste avant utilisation. Noter la masse initiale mi du filtre sec. Attention : le papier filtre placé en conditions ambiantes peut contenir 10% de sa masse en eau (en particulier à Mayotte où l’air en cette saison des pluies est particulièrement humide…). Il faut donc mesurer la masse du filtre à la sortie de l'étuve.

 Prélèvement:

Prélever l'eau le plus possible en surface en évitant les petits résidus macroscopiques type petits bâtons, brins d’herbe...Ou tout autre déchet qu’on peut trouver ! Remplir complètement le flacon de prélèvement et fermer. Si l'eau est chargée (comme sous le pont), travailler sur 1L. Faire plusieurs prélèvements, pour effectuer une moyenne des résultats. Si l'eau est peu chargée (au tombant), travailler sur une quantité plus importante (2L, voire 5L).
La filtration doit intervenir rapidement (pour éviter des réactions possibles de dissolution progressive en eau stagnante) Les prélèvements ont été faits la veille au soir et nous manipulons avant midi…

Compte rendu d’expérience par Nafindra ABDOU

Première étape

  • Après avoir prélevé de l’eau dans trois endroits différents (nous avons prélevé de l’eau sous le pont de N’gouja, au Bord de la mer, et en profondeur), nous avons pris 1 litre de chaque pour pouvoir les filtrer. Durant la filtration nous avons remarqué que la quantité de matière en suspension qui provenaient de l’eau sous le pont étaient très importante, nous avons pu filtrer que quelques mL, car le filtre étaient submerger de matière en suspension.
  • A la fin de procédure de filtration, après avoir mis chaque filtre dans un pétri nous avons observé que la quantité de matière en suspension était très importante dans l’eau prélevée sous le pont ensuite au bord de la mer et puis dans les eaux en profondeur.

Deuxième étape

  • Après le filtrage nous avons mis les trois pétris content les trois filtres à sécher dans l’étuve pendant une durée de plus de 3 heures.
  • Ensuite nous les avons récupérer un par un pour les peser sur une balance.

Nafindra ABDOU

 Mode opératoire :

- Éliminer les fragments de grande taille qui auraient pu s'introduire dans le récipient (feuilles...)
- Filtrer. Si l'eau filtrée est encore trouble, refaire une filtration
- Sécher le filtre et son contenu (étuve ; température pas trop élevée)
- Mesurer la masse finale
mf du filtre sec après filtration à la sortie de l'étuve.

 

Résultat:

Calcul : Masse des matières en suspension en mg/L = (mf - mi)* (1/Volume filtré en L)

Remarques :

  •  les moyens usuels des laboratoires de lycée et collège ne permettent pas de déterminer la part des matières minérales et des matières organiques.
  • l'évaluation de la masse de matières en suspension n'est possible que dans une eau qui présente une turbidité à l’œil nu. Sinon, les valeurs mesurées sont trop faibles !

 

Pour Mayotte et le site d’N’GOUJA:

  • Réfléchir par rapport à l’endroit où se forment les coraux.
  • Que penser de l’impact des fortes pluies sur le littoral ? Préciser le facteur humain.
  • Peut-on consommer les crabes de terre du site qui vivent sous le pont ?

Résultats

 

Resultats_MES.jpg

 

Tortues

Il y a principalement deux espèces de tortues à Mayotte les tortues vertes et les tortues imbriquées.

Les tortues vertes, uniquement herbivores, sont très présentes sur l'herbier de N'Gouja...c'est à dire que l'on peut les observer à quelques mètres du bord.

Malgré la présence de plusieurs associations qui conjointement avec les services de l'état et du département contribuent à la sensibiliser la population à la protection ce patrimoine, les tortues sont toujours menacées à Mayotte. La pollution, la destruction de leurs biotopes et le braconnage font que ces espèces sont toujours menacées

 

 

 

Intervention de Marine devant la classe (LPO de Chirongui)

Article de Zaliha Souffou Madi

La tortue est un espèce très ancienne . Elle fait partie de l'une des plus belle créature de la nature.

La vie reproductive de la tortue :

  • La femelle trouve un partenaire pour s'accoupler  (cela  peut durer 5h)
  • La femelle part sur la terre ferme pour pondre ses œufs à l'abri, elle creuse un trou avec ses écailles, cela peut durer 1h
  • Elle pond une centaines d’œufs en 30min (lorsqu'elle pond ses œufs la femelle est en état de transe c'est à dire  qu'elle n'a plus aucun contact avec ce qui l'entoure)
  • Elle recouvre ses œufs et brouille les pistes afin de les protéger

Le rôle de la femelle s'achève là et elle retourne donc vers son lieu d'alimentation. A leur naissance les tortues juvéniles devront se débrouiller toutes seule pour rejoindre la mer. Les œufs de la tortue reste environ 2 mois sous-terre.

Lorsque les juvéniles sortent des œufs ils  suivent la lumière du soleil pour aller sous l'eau. Mais durant leur "voyage" des prédateurs comme les frégates, des mérous et bien d'autres les mangent en chemin. Seul peu de tortues arrivent à survivre.

A 5ans les tortues  changent de régimes alimentaire , elle deviennent herbivores. La tortue atteint sa maturité sexuelle à 10 ans et pèse 100 kg.

Il existe deux espèces différentes de tortues à Mayotte ,la tortue verte et la tortue imbriquée ;

Comment les différencier ?

Tortue verte Tortue imbriquée
  •  2 grosses écailles frontal
  • carapace lisse
  • 1 griffe
  • mange de l'herbe (herbier)

T_ZMS_1

  • 4 grosses écailles frontales
  • gros bec
  • carapaces pointue
  • -2 griffes
  • mange des coraux

T_ZMS_2

Les rémoras se retrouvent souvent sur le dos des tortues , et ils ne sont pas là pour rien car ils se nourrissent des excréments des tortues.

T_ZMS_3 T_ZMS_4

La tortue peut rester sous l'eau sans respirer  jusqu'à 2h30 , elle remonte ensuite en surface pour récupérer de l'air. Elle va sur l'herbier pour se reposer et pour s'alimenter (tortue verte).

Marquage et photo d'identification

A Mayotte il existe des agents qui suivent les tortues, Pour reconnaître les tortues ils ont mis en place des marquages c'est à dire des bagues où on peut lire des numéros et les lettres YT (Mayotte), mais il existe aussi un autre moyen de les reconnaître : la photo d'identification.

Bague_Tortue2

La tortue en danger !!!!!!

A Mayotte la tortue est de plus en plus menacée, déjà à leur naissance elles n'arrivent pas toutes à aller sous l'eau car elles se font manger par des prédateurs, mais des braconniers les tuent aussi pour vendre la carapace et leur chair!

T_ZMS_5

EST CE UNE BONNE MANIÈRE DE PRÉSERVER CETTE ESPÈCE?!

Débat et sensibilisation

  • A Mayotte, plusieurs facteurs sont causes de la disparition des tortues :
  • Le développement de l'habitat prés de la mer empêche les tortues femelles de pondre.
  • Les touristes ou certaines personnes qui vont à la plage dérangent souvent les tortues.
  • La pollution par les déchets dans le lagon
  • Les braconniers et les pêcheurs

Plusieurs associations ont été créés afin de protéger les tortues.

L’association Oulanga Na Nyamba

 

 

 

Zaliha Souffou Madi

1 2 3 7